NPO法人Power of JAPAN(パワー・オブ・ジャパン) 公式サイト

POJ Francais

  • HOME »
  • POJ Francais

Nozomi KANDA

Nozomi KANDA a grandi dans la ville de Futaba, près de la centrale accidentée. La
maison de ses parents se trouvait à 3 km de la centrale, sa grand-mère habitait un peu
plus loin. Elle a 30 ans. Les réacteurs étaient déjà construits quand elle est née, elle
jouait à côté. Les habitants avaient le sentiment de vivre dans une sécurité totale.

Le 11 mars 2011, la maison des parents de
Nozomi est en partie détruite par le séisme.
Quelques heures plus tard, la maison de sa
grand-mère est emportée par le tsunami. Des
voisins, un oncle, disparaissent.
La 1ère explosion a lieu le samedi 12 mars
pendant les évacuations. Personne ne sait
vraiment ce qui se passe, personne nʼest prêt,
cʼest comme la fin du monde.
Les parents de Nozomi sont évacués dans une
école. Sa grand-mère trouve refuge dans le
Saitama chez sa fille. Elle y mourra en juillet.

Lʼattachement à la terre natale est encore très fort au Japon. Nozomi veut pouvoir
retourner chez elle, ou au-moins que ses enfants puissent un jour le faire.
Au moment de la catastrophe, elle habite avec son compagnon dans le Chiba.
Elle travaille en free lance pour des chaînes de télévision et produit des émissions de
variétés et des documentaires dʼhistoire et de géographie.
Il est propriétaire dʼune petite société de transport, et a déjà prêté main forte lors du
tremblement de terre de Kobé.

 


Les premiers secours
Le 16 mars, ils partent dans le Miyagi avec de la nourriture et des couvertures, avec
lʼaide des 10 employés de la société et des sous-traitants. À ce moment là, seuls les
véhicules de lʼarmée et ceux qui apportent des secours peuvent circuler.
Pourquoi le Miyagi ? Parce quʼils ont lu des appels au secours sur internet.
Grâce à leurs relations dans tout le Japon, ils parviennent à se procurer des produits de
première nécessité et repartent du Chiba tous les 4 jours pour les distribuer dans le
Tohoku.

 


POJ
Nozomi souhaite pérenniser lʼaide en mettant sur pied une structure.
Elle créé lʼassociation POJ le 3 mai. En avril 2012, POJ sera agréée comme association
sans but lucratif (NPO en japonais).
Elle choisit ce nom POJ (prononcez pi-o-dgé), ou POWER OF JAPAN, pour remercier
toutes les personnes qui se sont mobilisées dans tout le Japon pour venir en aide.
Elle travaille maintenant à plein temps pour POJ.

 


QUE FAIT POJ ?
En avril, Nozomi fait la connaissance du mari dʼune de ses amies. Cʼest Yamanobe-san.
Il est cuisinier et veut organiser des buffets pour les sinistrés. Il a lui-même pour ami
Georges Sakai, dont le père a eu un restaurant en France pendant 15 ans. Grâce à M.
Sakai père, et à son disciple Matsushima, des galas seront organisés en France pour
collecter de lʼargent. Cet argent sera utilisé par POJ pour financer ses actions dans le
Tohoku. Lʼassociation des cuisiniers de Tokyo, dont fait partie M. Sakai, contribue
également au financement de POJ.
En plus des distributions de produits alimentaires, couvertures, vêtements, cadeaux,
etc., les actions de POJ dans le Tohoku sont donc aussi centrées sur la nourriture. Ces
amis chefs participent bénévolement aux actions sur le terrain. Ils apportent à manger et
préparent des buffets sur place pour les habitants des préfabriqués.
À chaque manifestation, des dizaines de bénévoles viennent apporter leur soutien :
départ de Tokyo le soir, nuit dans le car, aides diverses dans la journée, nuit dans le car,
arrivée à Tokyo le lendemain matin.
Les sinistrés ont perdu leurs biens, et souvent leurs proches. Ils sont très sensibles à
ces marques de sympathie.

 


OÙ VA POJ ?
POJ va là où les sinistrés en font la demande, soit par internet, soit via dʼautres
associations, soit par lʼintermédiaire de leur maire.
Les personnes évacuées ont été relogées dans des préfabriqués temporaires : POJ
intervient souvent dans ces zones.
Vous pourrez voir sur la carte ci-jointe tous les endroits où POJ a eu une action et à
quelle date.

 


LES AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT
En plus des dons des cuisiniers, POJ se finance par :
• des ventes de charité,
• des dons collectés via internet ou les journaux,
• des dons collectés dans des restaurants,
• en participant à des événements dédiés à la collecte de fonds…

 


LES OBJECTIFS À MOYEN TERME
Les préfabriqués sont faits pour durer 1 ou 2 ans seulement. Après quoi chacun devra
trouver une solution pour se reloger. Il faut donc aider ceux qui ont perdu leur travail à
en retrouver un rapidement.
Aide au travail et à la création dʼentreprise.
M. Kasai, le compagnon de Nozomi, va augmenter les capacités de sa société de
transport, puis en rétrocéder une partie à des gens de Fukushima.
M. Yamanobe va former des cuisiniers et les aider à créer leur restaurant.
Mme Yamanobe, qui travaille chez Komatsu, fabricant dʼengins de travaux publics, aide
à trouver des emplois dans les travaux de reconstruction.
Fabrication dʼobjets artisanaux.
Les réfugiés dans les préfabriqués pourront fabriquent des objets artisanaux qui seront
mis en vente sur internet.
Soutien financier et moral aux orphelins.
1295 enfants ont perdu un parent dans la catastrophe. 229 ont perdu les deux. Des
contacts sont pris avec les directeurs de maternelles pour améliorer la situation des
enfants en créant des événements, organisation de jeux, etc.
À plus long terme, Nozomi aimerait créer une S.A. qui pourrait financer lʼassociation.
Et à plus long terme encore, elle souhaite que plus rien de tout cela ne soit nécessaire,
quand tout sera rentré dans lʼordre.

  • Facebook
  • Hatena
  • twitter
  • Google+
  • facebook
  • twitter


Power of JAPANは携帯、スマートフォンにも対応しています。

PAGETOP
Copyright © NPO法人 Power of JAPAN All Rights Reserved.
Powered by WordPress & BizVektor Theme by Vektor,Inc. technology.